Recevez nos Bonus Sans Dépôts Exclusifs !
On ne partagera jamais votre email à quelqu'un.

Jeux d’argent en ligne : l’Angleterre cible les VIP

Les jeux d’argent en ligne accusent un nouveau coup dur au Royaume-Uni. Les opérateurs de casino en ligne se trouvent depuis quelques jours face à une crise des relations publiques. La cause ? Un rapport secret demandé par la commission de régulation de jeux d’argent britannique (UKGC). Seulement une partie a été rendue publique par le Guardian. Les données révélées portent sur les VIP et leur surreprésentation en tant que joueurs ayant développé des addictions.

Nous avons « mis l’industrie au défi de progresser plus rapidement pour améliorer la gestion de ses clients » déclare l’UKGC au Guardian. Un message limpide adressé principalement aux grosses têtes des jeux d’argent britanniques. Une prise de parole due à un rapport top secret demandé par la commission de régulation des jeux d’argent britannique UKGC. Cette enquête porte sur 9 opérateurs de paris dont le nom n’est pas divulgué. L’objet de l’étude porte spécifiquement sur les programmes de jeu VIP proposés par des plateformes de jeux d’argent. Tous, disposant d’une licence en ligne. Pour obtenir ces éléments, une demande d’accès à l’information a été réalisée par le gouvernement.

Les jeux d’argent en gros titres

Jeudi, la population britannique se réveille avec un rapport sur les jeux d’argent en gros titres. C’est dans le Guardian, un célèbre quotidien national que l’Angleterre découvre une partie d’un rapport qui était jusqu’alors top secret. Celui-ci porte sur les programmes VIP proposés par les casinos en ligne britanniques. Ce rapport qui n’est pas encore rendu entièrement public traite de deux aspects en particulier de la question. Le rapport montre qu’une grande majorité des dépôts réalisés sur les casinos étudiés ont été réalisé par les joueurs bénéficiant d’un statut VIP. D’autre part, l’étude montre qu’une grande partie des clients VIP des casinos en ligne présentent des signes d’addiction aux jeux. 

Jeux d’argent : la question des dépôts

Coral-paris-jeux-dargent-CoralparisjeuxdargentLes chiffres sont sans équivoque. Presque limpides, ceux-ci indiquent qu’une grande partie des dépôts réalisée sur les casinos étudiés reposent principalement sur une poignée de VIP. Selon un opérateur interrogé, il aurait recueilli 83% de l’ensemble de ses dépôts de compte sur l’activité de seulement 2% de sa base de données client. La situation est presque la même pour cet autre opérateur. Il affirme avoir totalisé 58% de ses dépôts sur seulement 5% de ses clients. Même phénomène observé sur cet autre opérateur rival. Où 3% des clients sont responsables de 48% des dépôts.

En revanche, il est vrai que le quotidien britannique ne mentionne pas comment ces dépôts ont été utilisés. Et si les clients dépositaires ont réalisé des retraits ou au contraire, ont perdu leurs gains.

Les joueurs problématiques surreprésentés chez les VIP

Ces précédentes recherches ont été basées sur une étude concernant près de 47 000 joueurs VIP au Royaume-Uni. Sur l’ensemble de ces joueurs, 8% sont soupçonnés d’avoir développé des problèmes d’addiction aux jeux d’argent. Des résultats corroborés par une récente recherche démontrant que près de 0, 8% de la population à l’échelle nationale s’adonne au jeux d‘argent.

Par cette étude, la commission et par extension le gouvernement, cherche à démontrer son engagement contre la dépendance aux jeux. Elle entend également adopter des mesures énergiques afin d’endiguer le phénomène. Au grand dam des plateformes proposant des jeux d’argent et des paris en ligne. Si les opérateurs n’opèrent pas un changement de conduite en faveur de la protection des joueurs… Le gouvernement envisage même d’adopter des restrictions de plus en plus sévères. Le gouvernement attend donc de la part des plateformes proposant des jeux d’argent, un comportement plus responsable. Sans quoi, la commission a bien fait comprendre qu’il y aurait sanction.

Jeux d’argent : quel cap adopter par la commission

Comment agir dans l’immédiat

dependance-jeux-dargent-dependancejeuxdargentL’UKCG commence déjà à envisager certaines mesures à mettre en place. L’objectif est bien de changer de façon drastique le comportement des plateformes proposant des jeux d’argent. Parmi les mesures les plus spectaculaires, interdire à tous les casinos en ligne, la proposition de programmes VIP. D’autre part, la commission pourrait également envisager de mener une nouvelle étude. Celle-ci porterait sur le comportement et le fonctionnement des gestionnaires de comptes VIP. Ceci servirait à établir un code de conduite des opérateurs qui devrait être mis en application à l’échelle internationale. Puis dernière action possible, la commission peut également limiter les incitations à adhérer au programme VIP.

Agir sur le plan législatif

La loi de 2005, constitue également un autre angle d’attaque. Le gouvernement peut également choisir de la réviser. Cette loi porte notamment sur l’addiction aux jeux d’argent ainsi que l’utilisation abusive de la carte de crédit. Mais aussi de l’addiction aux jeux vidéo par la proposition de packs cadeau ouvrable sur tirage. Surtout destinés aux enfants.

Le gouvernement a, à l’origine, choisi de prendre ses premiers engagements en 2018. Le gouvernement avait, par ailleurs annoncé sa politique à l’égard des jeux d’argent. Et des possibles pertes annuelles et fixes qui seraient imposées à ce secteur. Le gouvernement souhaiterait par ce billet, ne laisser aucun gros joueur dans les bases de données des casinos en ligne britanniques.

Un nouveau jalon dans la lutte contre la dépendance aux jeux d’argent

aide-dependance-jeux-d’argent-aidedependancejeuxdargentVoilà bien un an que le gouvernement britannique a décidé de se pencher sur les problèmes de dépendance aux jeux d’argent. En effet, phénomène a pris des proportions inquiétantes depuis quelques années. C’est pourquoi, plusieurs recherches ont été lancées afin de mesurer l’ampleur de phénomène. Il semblerait qu’en plus de toucher une grande partie de la population à l’échelle nationale. Les mineurs seraient également très concernés par les jeux d’argent. Environ 55 000 enfants à travers le Royaume-Uni auraient développé des problèmes d’addiction aux jeux d’argent. Tous âgés entre 11 et 18 ans.

Des résultats poussant le gouvernement à réagir. Celui-ci a notamment sanctionné plusieurs opérateurs pour avoir ciblé des enfants dans ses publicités. Puis a annoncé l’ouverture d’un hôpital dédié au traitement de la dépendance aux jeux d’argent auprès des mineurs. Enfin, le gouvernement a aussi appelé les banques à faire leur part du travail. Ainsi plusieurs banques ont mis à disposition du grand public des succursales dans leurs locaux au sein desquelles, des conseillers travaillent. Ces derniers, spécialement formés à la détection de l’addiction aux jeux. Aussi, les banques donnent désormais à leurs clients la possibilité de demander le blocage de toutes transactions en lien avec les jeux d’argent.

Le gouvernement se voit ainsi contraint d’établir un nouveau cadre pour les jeux d’argent afin d’en limiter sa propagation.