Array
Recevez nos Bonus Sans Dépôts Exclusifs !
On ne partagera jamais votre email à quelqu'un.

Jeux en ligne : les mineurs sont-ils protégés sur les applications ?

Notez cet article

55 000 enfants seraient concernés par l’addiction aux jeux en ligne d’argent au Royaume-Uni. Ces chiffres apparaissent dans une enquête réalisée à la demande de la commission des jeux britanniques. Suite à ses recherches, le gouvernement a décidé d’adopter de nouvelles mesures concernant les jeux d’argent en ligne. La commission prête particulièrement attention aux surfaces de jeu touchant à la jeunesse britannique. Les enfants sont-ils protégés lorsqu’ils jouent à leurs jeux favoris ? la réponse dans cet article.

Les jeux sociaux pour enfants, sujets des préoccupations…

Les jeux sociaux prépareraient-ils les enfants à parier sur des options de jeu pour adultes ? Voici l’interrogation qui a germé dans la tête des membres de la commission des jeux de hasard. Le Royaume-Uni fait partie des pays ou le jeu fait le plus d’addicts, notamment auprès des jeunes générations. À tel point, que le gouvernement a décidé de prendre le problème à bras le corps. En favorisant davantage le contrôle des services de jeu en ligne. Mais aussi l’ouverture il y a quelques mois, d’un hôpital pour enfants chargé de prendre en main la dépendance au jeu.

Parmi les constatations de la Commission, l’une d’entre elles, interpelle ses membres. Les enfants qui joueraient à des jeux sociaux présenteraient des dispositions au pari. Mais également à l’usage de produits de jeux destinés aux adultes.

Les terminaux de paris à cotes fixes

Introduits en 2001 au Royaume-Uni, les terminaux de paris à cotes fixes (FOBT) sont un type de machine à sous. Ces machines électroniques sont habituellement utilisées dans les boutiques de paris en Angleterre. La société à l’origine de milliers de FOBT au Royaume-Uni, propose aussi, des applications de type jeu. Accessibles sur Facebook, ces options de jeu sont disponibles sans vérification d’âge. Donnant lieu à des allégations selon lesquelles les enfants seraient, par ce billet, exposés aux risques de dépendance.

enfant tenant deux désEn tout, l’organisme de surveillance de l’industrie a averti qu’en tout, c’est près de 60 000 enfants touchés. Qu’ils soient dépendants aux jeux ou en voie de devenir accros. Selon les experts, les jeux imitants les jeux d’argent réels seraient un facteur à risque. Ils favoriseraient l’apparition de problèmes liés aux jeux plus tard dans la vie.

Des options de jeux en ligne dans vérification d’âge

Tom Watson, le leader adjoint du parti travailliste, a lancé un examen de la politique menée en matière de jeu.

 « Il est extrêmement préoccupant que des jeux conçus pour inciter les enfants à prendre l’habitude de jouer soient commercialisés et joués en ligne. La société qui fabrique ces produits s’adresse avec cynisme aux jeunes. Dont certains risquent de développer une dépendance au jeu plus tard dans la vie. »

Jeux en ligne sur smartphonePlusieurs entreprises spécialisées dans les jeux d’argent ont déjà fourni une variété de « jeux sociaux ». Mettant en scène des personnages de dessins animés pour enfants, ces applications étaient disponibles sur Facebook. L’un mettait en scène la famille Pierrafeu ou encore des chatons, mais aussi le conte de fées Rapunzel. Autre exemple de ces dérives, le jeu Toys for Tots. Ce jeu présente une fonction Noël. Le joueur peut jouer à la machine à sous « Jackpot Party Casino » portant sur le thème de jeux de hasard.

Les Pierrafeu : option de jeu à haut risque

Mis en évidence dans un rapport de la Commission, le jeu social Pierrafeu figure parmi les jeux à risques émergents.

« Parmi les jeunes qui ont déjà joué à des jeux (sociaux) de type jeux d’argent en ligne, un quart a dépensé son propre argent dans une activité de jeu au cours de la semaine dernière. Ce qui est nettement supérieur à la moyenne de 12% enregistrée parmi les 11-16 ans ». Selon le rapport.

Pourtant, l’application Jackpot Party Casino slots n’est pas considéré comme un produit de jeu. Disponibles sur Facebook, ces jeux de hasard ne permettent pas de gagner ni de perdre de l’argent. En substitut, l’application invite les utilisateurs à acheter des pièces. Ils peuvent être utilisés dans des dizaines de jeux de style casino. Ces jeux imitent simplement les produits de jeux dont disposent les adultes.

Jeux en ligne : Laxisme dans les mesures de protection des mineurs ?

mineur qui joue sur arcadeD’une grande subtilité, un avis de non-responsabilité est dissimulé dans les conditions d’utilisation. Elles indiquent que l’application de jeu n’est disponible que pour les plus de 21 ans. En revanche, aucune mesure de vérification de l’âge de l’utilisateur n’a été mis en place. De fait, la société productrice du jeu est inattaquable et les mineurs, peuvent jouer en toute liberté. Et les effets du jeu ne s’arrêtent pas là. Après son inscription, le joueur reçoit des rappels par e-mail plusieurs fois par jour. Dans ces e-mails, de nouveaux bonus et autres avantages. Après chaque victoire, les joueurs sont invités à partager leurs pièces gratuites avec leurs amis. Dans le but bien sûr, que ces derniers aussi puissent jouer et gagner.

Jeux d’argent auprès des mineurs : un rapport alarmant

Pour le directeur exécutif de la Commission des Jeux, Tim Miller, mener des recherches c’est améliorer la protection des joueurs.

« En réglementant le jeu, nous recherchons activement des points de vue et des preuves. Nous renseignant sur les risques auxquels les enfants sont confrontés afin d’améliorer leur protection ».

jeux d argent et mineurCes évènements interviennent en chaine depuis quelques mois. D’abord les révélations sur les terminaux de paris à côte fixe. Puis les applications de jeux visant les enfants en libre accès. Encore quelques semaines auparavant, les sociétés de jeu en ligne, ont dû ordonner la suppression des produits similaires. Car ces derniers présentaient des personnages de dessins animés sur leur site Web. Enfin, les jeux sociaux ont été déterminés par les experts en toxicomanie comportementale comme un « facteur de risque numéro un ». Et ce, même si ces options étaient hébergées par Facebook et non pas par des sites de jeu.

« Le problème avec les jeux de réseaux sociaux est qu’au final, vous ne perdez jamais. Ils ont mis en place des attentes irréalistes quant à la nature du jeu. Si vous gagnez tout cet argent virtuel, vous pourriez penser que si vous aviez joué avec de l’argent réel, vous auriez aussi gagné. ”